DOSSIERS

Syndrome de la BNP

- Pour ceux qui ont manqué cette épisode

- Les banques et les assureurs français sur le marché iranien

- Les mésaventures de la Deutsche Bank 

04/03/2017 : "Les grandes banques françaises sont des banques internationales, elles travaillent dans le monde entier, notamment aux États-Unis, il est donc normal qu'elles se préoccupent de respecter, en ce qui concerne leurs activités américaines, des règles américaines"...

Nord Stream 2: les hostilités continuent (mai 2020)

Boutique

Merkel refuse une invitation aux USA, des «débats enflammés» sur le Nord Stream 2 auraient eu lieu avec Trumpr

Le Nord Stream 2 et les relations avec la Chine et l’Otan ont été au coeur d’une vive discussion entre Angela Merkel et Donald Trump fin mai. 

...Angela Merkel a décliné la proposition de venir à Washington en juin pour participer au sommet du G7. Un refus motivé par la situation pandémique encore instable... 

Saga MISTRAL

Tendances

05/08/2015 : "...Le président de la République et M. Vladimir Poutine se sont félicités du climat de partenariat amical et ouvert qui a marqué les négociations.

Ils se sont accordés sur le fait que, désormais, ce dossier était clos."

 

Clos ? Vlaiment ?..

TOTAL en Russie

22/08/2017 : TOTAL PRÊT À SE LANCER SUR UN NOUVEAU MEGAPROJET EN RUSSIE

...Arctique-2, lancé par son partenaire russe Novatek... un projet plus important que Yamal. 

Arctique-2, situé sur la péninsule de Gydan dans la mer de Kara, sera plus grand (avec une production de 18 millions de tonnes par an) mais moins cher à construire. Le coût du projet est pour l'instant évalué à environ 10 milliards de dollars contre 27 milliards pour Yamal.  

Pour Arctique-2, Novatek aurait posé une condition à la participation de Total ...l'Elysée... 

.

BERLIN, 27 mars 2017 (Reuters) - Les exportations de l'Allemagne vers l'Iran ont augmenté de 26% l'année dernière, et de plus de 30% pour le seul mois de janvier, a annoncé lundi un économiste à la Chambre de commerce et d'industrie (DIHK) allemande.

Les échanges entre l'Allemagne et l'Iran ont représenté 2,9 milliards d'euros en 2016, contre 2,4 milliards en 2015, année de la levée des sanctions…

Volker Treier, économiste à la DIHK, a dit à Reuters que l'objectif d'échanges à 5 milliards d'euros d'ici la fin de 2018 restait valable.

"Avec ces taux de croissance, cela est certainement réalisable", a-t-il dit, ajoutant cependant qu'atteindre un objectif de 10 milliards d'euros dans 10 ans, fixé lors d'une estimation précédente, serait probablement plus long à atteindre.

Une partie du problème vient de la réticence des principales banques à participer à des projets avec l'Iran alors que certaines sanctions américaines restent en place.

Une autre difficulté provient du fait que les banques iraniennes ne satisfont pas souvent aux normes internationales, a-t-il souligné…

https://investir.lesechos.fr/marches/actualites/les-exportations-allemandes-vers-l-iran-en-hausse-de-26-en-2016-1657490.php#VhEJ5cC8kRtxYJ23.99

04/03/2017, Téhéran : La France veut encourager "la normalisation" des relations bancaires entre l'Iran et le reste du monde, préalable au développement des relations économiques, a déclaré samedi le ministre français de l'Économie, Michel Sapin, en visite à Téhéran.

…Il est selon lui nécessaire de recréer "la confiance" et de mettre en place de nouveaux outils "pour permettre aux entreprises qui le souhaitent d'avoir des canaux de financement qui soient sécurisés et efficaces". 

…Depuis l'entrée en vigueur de l'accord nucléaire entre l'Iran et les grandes puissances en janvier 2016 et la levée d'une partie des sanctions internationales, de nombreuses entreprises françaises (Peugeot, Renault ou encore le pétrolier Total), ainsi que des sociétés européennes, sont revenues en Iran. 

Mais le maintien d'une partie des sanctions économiques par Washington et les menaces américaines, directes ou indirectes, ont empêché les grandes banques internationales de rétablir des circuits financiers avec l'Iran. Elles craignent en effet des mesures punitives américaines. 

L'arrivée au pouvoir du nouveau président américain Donald Trump, qui a multiplié les déclarations contre l'accord nucléaire et adopté de nouvelles sanctions contre l'Iran après un test de missile fin janvier, ont un peu plus compliqué la situation. 

M. Sapin a voulu rassurer les responsables iraniens en affirmant que le gouvernement français allait encourager les banques françaises à travailler avec l'Iran, ce qu'elles refusent de faire pour le moment. 

"Les grandes banques françaises sont des banques internationales, elles travaillent dans le monde entier, notamment aux États-Unis, il est donc normal qu'elles se préoccupent de respecter, en ce qui concerne leurs activités américaines, des règles américaines", a-t-il souligné.  

"Je ne veux pas les blâmer mais il faut qu'elles retrouvent la confiance (...), nous pouvons travailler avec elles pour qu'elles comprennent les règles et puissent trouver des raisons solides de travailler au développement de nos relations" avec l'Iran, a-t-il dit. 

http://lexpansion.lexpress.fr/actualites/1/actualite-economique/la-france-veut-encourager-les-banques-a-travailler-avec-l-iran_1885792.html

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
©Sanctions-Forever.fr